LE MENESTRAIL

DIMANCHE 3 DECEMBRE 2017

22 KM • 800 D+ • DEPART / 10 H 00 • 14 €

Le Menestrail, l’épreuve d’origine.

C’est la course par laquelle tout a commencé il y a déjà 16 ans. On pourrait résumer le Menestrail ainsi : une montée de 11 km jusqu’au col du Mont Bel Air (point culminant du département), un ravito et la descente vers l’arrivée, mais ce serait trop simple… . La 2ème partie est piégeuse et technique. Il ne faut pas avoir grillé toutes ses cartouches dans la 1ère partie, sinon le retour vers la Cité va devenir un chemin de croix.


Profil Menestrail

INFOS COURSE :
• 1 ravito léger
• 95 % chemin
• Départ 10 h

• TRAIL EN AUTO SUFFISANCE
• 600 inscrits maximum
MATERIEL OBLIGATOIRE :
• Réserve eau
• Gobelet personnel pour les ravitos

• Couverture de survie
• Sifflet
• Téléphone portable
ACCOMPAGNATEURS :
Possibilité de voir les coureurs au km 11 (ravito de Bel Air à Trébry).


Chantal Guérin

TEMOIGNAGE

Mais pourquoi suis-je une fidèle du 22 km à Moncontour !

Après le sermont d’avant course du frère Claude, j’aime fouler les pavés de la célèbre cité moncontouraise. C’est un rituel convivial mais pas le temps de saliver devant les saint honorés et les religieuses de la pâtisserie Poireau. La procession s’étire et l’ascension douce commence vers Notre Dame d’en haut à Trédaniel où je ne sais plus à quels saints guérisseurs me vouer.

Le chemin de croix continue et les sous- bois me mènent tranquillement vers le mont Bel- air. La piste de danse est fermée, c’est à la chapelle qu’il faut s’arrêter, s’abreuver, se rassasier. Bon nombre des pélerins-trailers me conseilleront de ne pas compter que sur les nourritures célestes. La route est encore longue, le terrible passage dans la marécage n’épargnera pas ceux que la fringale a affaibli.

Ne pas y penser et profiter de la descente entre genêts, ajoncs et aubépines. Sous les conifères un tapis d’aiguilles de pins, dans le fond de la vallée la boue. Sur la route que je traverse des gens qui m’encouragent. Dans les derniers dévers, je serre les dents. Et comme il faut boire le calice jusque la lie, le marais m’attend… Mais je souris, trop heureuse de narguer les spectateurs pervers qui attendent que je m’y enfonce jusqu’aux genoux.

Un dernier tour de piste avant de goûter au copieux banquet et de partager tout le bonheur que j’ai eu à participer à cette divine épreuve.

partenaires menestrail